Objectifs de l'enseignement : l'objectif de cette matière est d'inculquer aux étudiants les principes fondamentaux de l'organisation tissulaire des plantes, et de leur développement.

Connaissances préalables recommandées : l'étudiant doit avoir certaines notions sur les différentes parties d'un végétal.

Contenu de la matière (V.H. : 22h30)

Chapitre 1 : introduction

Chapitre 2 : anatomie des végétaux supérieurs

2.1. Structure anatomique de la racine

2.1.1. Structure anatomique d'une racine monocotylédone

2.1.2. Structure anatomique d'une racine dicotylédone

2.1.3. Comparaison anatomique entre les racines monocotylédones et dicotylédones

2.2. Structure anatomique de la tige

2.2.1. Structure anatomique d'une tige monocotylédone

2.2.2. Structure anatomique d'une tige dicotylédone

2.2.3. Comparaison anatomique entre les tiges monocotylédones et dicotylédones

2.3. Structure anatomique de la feuille

2.3.1. Structure anatomique d'une feuille monocotylédone

2.3.2. Structure anatomique d'une feuille dicotylédone

2.3.3. Comparaison anatomique entre les feuilles monocotylédones et dicotylédones

Chapitre 3 : reproduction chez les végétaux supérieurs

3.1. Reproduction chez les Angiospermes

3.1.1. Gamétogénèse

3.1.1.1. Grain de pollen

3.1.1.2. Ovule et sac embryonnaire

3.1.2. Double fécondation

3.1.3. Différents types de graines

3.1.4. Notion de cycle de développement

3.2. Reproduction chez les Gymnospermes

3.2.1. Gamétogénèse

3.2.1. Fécondation





La climatologie est la science du climat. Mais son domaine d’application n’est pas restreint au climat. Il s’agit d’une discipline beaucoup plus vaste. Elle emprunte à d’autres sciences des notions ou des résultats dont elle a besoin en faisant appel à des moyens techniques de plus en plus sophistiqués... On peut en citer quelques unes: toutes les sciences concernant l’atmosphère comme la physique, la chimie, mais également la biologie, l’agronomie, l’hydrologie, l’économie, l’informatique et surtout les statistiques pour le traitement et l’utilisation rationnelle des données.

Le climat se définit sur une longue durée. Donc caractériser le climat d’une région de la terre revient souvent à déterminer, pour chaque saison, les conditions moyennes de température et de précipitation et à celles-ci  s’ajoutent les valeurs moyennes d’enneigement, de vent, d’humidité, bref tous  les aspects des conditions météorologiques.

Cette définition est néanmoins incomplète car la fréquence des évènements particuliers (vague de chaleur, de froid, inondations etc.) est importante. En fait ce n’est pas seulement la moyenne mais aussi tous les écarts à cette moyenne, étudiés sur une longue durée, qui définissent le climat d’une région. Ceci permet de s’affranchir des fluctuations du temps d’une année à l’autre. 

Les plantes sont le meilleur reflet des conditions climatiques d’une région : leur  développement dépend très fortement de la répartition saisonnière de la température, de la luminosité et de l’apport en eau. Cependant elles peuvent supporter des écarts parfois important de chaleur, d’humidité ou de froid, ce qui fait que la végétation est représentative du climat et non des conditions météorologiques instantanées.